Une définition personnelle de la direction de production

Invitée de la récente table ronde ARA « Racisme sur les plateaux », Latigone N’GOMA, directrice de production, nous a confié sa définition du métier. Un exercice singulier et rare quand il s’agit de l’exprimer avec ses mots et sur fond de parcours initiatique. Il était alors trop tentant de la partager avec vous.


On dit qu’il n’y a pas de hasard, que des rencontres.

Je ne connaissais rien au cinéma quand celui-ci a rencontré ma route. Je cherchais ma place entre la musique, l’écriture et la photo… J’étais sensible à « La culture », dans ce qu’elle apporte à chacun et particulièrement à nos communautés à l’identité morcelée.

En 2009, j’ai rencontré une productrice qui cherchait une stagiaire. Curieuse de tout, absorbée par cet univers du cinéma. j’ai alors cherché à tout explorer. L’écriture et la post-production d’abord, le financement, la distribution et finalement en 2013, on m’a proposé d’être secrétaire de production sur mon premier tournage de long. Un film de Philippe Garrel, tourné en pellicule.

Depuis, les tournages ont rythmé ma vie professionnelle et ceci, jusqu’en 2018 où je m’installe en Côte d’Ivoire pour co-fonder une société de production, avec un projet de festival. Ensuite, j’ai eu l’opportunité de faire la direction de production exécutive du film « Seules les Bêtes » de Dominik Moll, sur le tournage ivoirien. Une expérience formidable. Depuis, j’ai assuré la direction de production de deux séries MTV.

Art et Argent
Humain et Matériel
Rigueur et Souplesse
Intransigeance et Sensibilité

La direction de production consiste à définir un cadre solide et confortable pour que les désirs des réalisateurs et de la production puissent prendre forme dans les contraintes matérielles liées au projet. Je pense que les clés de ce métier sont la curiosité, l’écoute, l’empathie, la fermeté et la précision.

Il faut connaitre chaque aspect de la fabrication d’un film, être à l’écoute des demandes de chacun pour prendre les meilleures dispositions humaines et financières qui permettront de mener le projet à son meilleur. Et ce, parfois dans l’adversité. Comme tout capitaine, il faut savoir tenir la barre quand le vent souffle.

C’est beaucoup de responsabilités, beaucoup d’abnégation, de travail pour une reconnaissance discrète. Un métier d’alchimie, un métier complet.

Chaque projet est une aventure qui ne nous donne jamais le regret d’avoir été vécue.

Latigone N’Goma
Directrice de production


Crédit image à la une : John Goodman / « The Artist » de Michel Hazanavicius

ARAssociés

Assistants Réalisateurs Associés. Infos, décryptages, trucs et astuces. Partageons !

Vous aimerez aussi...