« Des responsabilités et des devoirs de chacun… »

Jeudi 22 octobre dernier, en plein tournage au Nouveau-Mexique (Etats-Unis), l’acteur et producteur Alec Baldwin tire « accidentellement » sur la directrice de la photographie et le réalisateur avec une arme de jeu, censée être chargée à blanc. Joel Souza (48 ans) est grièvement blessé et Halyna Hutchins, 42 ans, décède dès son arrivée à l’hôpital.

Un accident rarissime à la finalité tragique qui sonne comme une piqure de rappel sur les questions de sécurité prises parfois à la légère par les personnes responsables. Dans ce cas précis, le producteur, le 1er assistant réalisateur et l’armurier vont devoir rendre des comptes.

C’est dans ce contexte que nous publions ce témoignage de Pascal Salafa, 1er assistant réalisateur français aguérri et co-fondateur de l’AFAR.« Des responsabilités et des devoirs de chacun… De l’impérieuse importance d’en prendre conscience et de les faire appliquer.

TOUS les outils existent, tous sont là pour que de tels drames ne viennent pas nourrir les pages des faits divers… RIEN… RIEN !!!… ne justifie que, ne serait-ce que l’on se retourne un ongle sur un plateau de cinéma !!!

Certains postes cadres dans une équipe technique ont le devoir moral et l’obligation législative de redoubler de vigilance pour que les choses soient fluides et paisibles sur un plateau de tournage. Nous avons la chance de participer à l’une des plus belles activités au monde ! Fabriquer du rêve… Faisons le sérieusement avec une attitude responsable ! Et sans danger pour les gens qui partagent ces moments avec nous.

Le poste de premier assistant à la mise en scène est exaltant toujours, fatiguant souvent, éprouvant parfois… Il peut être également extrêmement stressant dans certains cas. Mais un premier assistant doit être irréprochable, et sans équivoque, dans ses choix et ses positions, dans LE domaine le plus important sur un plateau de tournage : LA SÉCURITÉ !
Pour cela il est un des maillons d’une chaîne de procédures quand certains cas de figure risqués se présentent. Responsabilité qu’il partage avec d’autres chefs de postes comme le producteur, le directeur de production, l’armurier bien sûr dans ce cas, mais aussi le chef machiniste, le chef cascadeur… entre autres.

Un tir avec une arme praticable (avec cartouche à blanc) = Engagement par la production d’un armurier !!! Et ne pas laisser s’installer des habitudes où, sous prétexte de films à financement « fragile » (sic), on laisse un ou une accessoiriste, sans formation spécifique en la matière, gérer le dossier patate chaude des armes praticables. C’est juste irresponsable !!!

L’assistant réalisateur est celui qui rappelle clairement à toutes et à tous les consignes de sécurité avant les prises d’un plan avec une arme praticable, rappel du nombre de cartouches dans le chargeur ou un barillet. C’est lui qui fait faire par l’armurier, l’essai de tir indispensable pour que les membres d’une équipe technique, techniciens et comédiens tous ensemble, puissent se rendre compte de la puissance d’une détonation. C’est le premier assistant qui donne l’ordre à l’armurier (au moment où il est sur que TOUS les personnels sont en sécurité), d’engager la première cartouche dans le canon, c’est la fameuse phrase… “Arme approvisionnée et chargée pour un tir X cartouches … Prêt à tirer !” et de faire donner par l’armurier, l’arme de jeu à un ou une comédienne qu’au TOUT DERNIER MOMENT. Parfois même pendant, voir après le clap !

C’est enfin le premier assistant réalisateur qui fait procéder à la distribution sur le plateau de tous les systèmes de protection mis à sa disposition par la production, pour la sécurité des personnes… Lunettes de protection, casques anti-bruits, boucliers de protection pour les servants de la camera, opérateur et pointeur, ou tout autres techniciens exposés à la proximité du danger que peuvent représenter des tirs de cartouches à blanc. Mais c’est également lui qui, en préparation, à la lecture du scénario, peut alerter la production sur la dangerosité de certaines scènes et ainsi déclencher une réflexion avec le directeur de production, et les divers chefs de postes sur les moyens à mettre en oeuvre pour pouvoir fabriquer ces scènes en toute sécurité.

Étudier par exemple les technologies de déclenchement à distance des caméras sans opérateur et assistant. Explorer aussi les possibilités de la post-production par exemple. Et surtout bien rappeler aux techniciens que SEUL l’armurier manipule une arme sur un plateau, la vérifie devant le premier assistant et le ou les acteurs concernés.

Il existe des dizaines d’autres cas de figure ou la vigilance doit être observée. Les scènes d’actions ou avec de gros « SFX » ne doivent pas être l’arbre qui cache la forêt. Le combat pour la sécurité doit passer par le combat contre tous les manquements et l’obligation de dénoncer. La préparation des caméras et des divers équipements avec une voiture travelling. Du strict respect des passagers à y embarquer. Sans oublier, les tournages avec des hélicoptères ou en milieux « hostiles », avec des animaux sauvages, etc, etc.

Mais les plus grands dangers sont parfois aussi les journées à rallonge (de 14/16 heures de travail, voir plus parfois) qui ne respectent donc pas les périodes de récupération légales… Le respect du bien être d’une équipe technique avec, par exemple, la limitation des déplacements chronophages et fatigants alors que des possibilités d’hébergements sont possibles plus près d’un décor. Dans les petites entorses du quotidien aussi avec les roulantes ou autres objets qui bloquent les issues de secours d’un décor par exemple ! La liste est longue…

Le premier assistant réalisateur doit être le garant du respect de ces règles qui doivent régir l’harmonie sur un plateau. Mais surtout, il doit être sereinement fier de porter ce combat. »

Pascal Salafa
1er assistant réalisateur


Liens chronologiques sur l’actualité du drame :

Alec Baldwin tue une femme sur un tournage : ce que l’on sait du drame
Tir mortel d’Alec Baldwin : l’assistant réalisateur Dave Halls sur le gril avec ses antécédents douteux
‘Rust’ Tragedy Reflects Troubling Trends on Movie and TV Sets: ‘We Did This to Ourselves’
« Rust »: David Halls, qui a donné l’arme fatale à Alec Baldwin, sort de son silence

Le métier d’armurier, le responsable des armes sur un plateau :

ARAssociés

Assistants Réalisateurs Associés. Infos, décryptages, trucs et astuces. Partageons !

Vous aimerez aussi...