Ma première scène de baiser…

On se souvient tous de notre première fois, cela peut-être un beau et tendre souvenir ou un grand moment de solitude… Et au cinéma ? Comment tourner une scène intime, en l’occurrence, celle d’un baiser !?

Une action simple en apparence mais j’avais tout de même des centaines d’interrogations sur la question avant de l’expérimenter… Il faut bien un début à tout ! :p
Comment donc appréhender ce type de scène en préparation et en tournage ? Quels comportements adopter mais surtout les pièges à éviter ? Permettez-moi de partager avec vous, une de mes premières expériences dans ce domaine en tant que jeune première assistante.

C’était le premier court-métrage d’une réalisatrice qui avait toutefois une expérience de mise en scène au théâtre depuis une dizaine d’années. Je suis arrivée sur le tard en préparation en remplacement d’un confrère deux semaines avant le début du tournage et le tout sans second.

Le film traitait des premiers émois amoureux entre adolescents. Avec l’accord des parents bien entendu, nous devions donc tourner une scène de baiser assez « hot » car accompagnée de caresses entre un jeune homme à peine majeur et une jeune fille mineure d’à peine 16 ans. Qui, de surcroît, n’avait jamais encore embrassé un garçon dans la vraie vie… Une difficulté supplémentaire même si son âge nous a permis d’éviter les demandes d’autorisations à la DDCS (Commission des enfants du spectacle).

Afin de créer un climat de confiance, nous avons passé́, la réalisatrice, les acteurs et moi-même quelques jours ensemble avant le tournage. Une aubaine ! Nous logions tous dans la même maison, proche des décors du film. Repas en commun, répétitions et activités diverses en journée. Le soir était le moment idéal pour débriefer tranquillement avec les acteurs dans une ambiance légère et décontractée. Avec les différents postes, nous anticipions en parallèle les petits détails qui comptent en termes de confort et d’intimité. Tout se passait bien !

Le tournage démarre, l‘équipe a trouvé son rythme et arrive alors ladite scène. Nous avions naturellement prévu du temps pour sa mise en oeuvre, histoire de ne créer aucun stress pour les comédiens tout en permettant à l’équipe de préparer convenablement. Le décor était relativement exigu. Les deux adolescents devaient s’embrasser et se déshabiller en haut d’une mezzanine sous les toits d’une vieille grange. Impossible d’avoir toute l’équipe sur la « face » et c’était tant mieux ! Plateau à minima oblige pour plus d’intimité… La réalisatrice avait alors son retour vidéo en contre bas afin de pouvoir diriger les comédiens à distance.

Commence alors la première répétition où elle explique bien aux comédiens que ce n’est pas la peine de jouer avec les intentions (afin de garder l’énergie pendant la prise) mais juste de mimer grossièrement les gestes. Tout se passe à merveille jusqu’à la répétition suivante où, à la surprise générale, la réalisatrice demande au jeune comédien de dégrafer le soutien-gorge de sa partenaire (NDLR : la poitrine ne devait pas apparaître à l’écran) !

Prise au dépourvu, celle-ci cesse de jouer et me regarde en me faisant comprendre que ce n’était pas prévu ! Après un échange de regard avec le régisseur général qui était présent, j’interromps les répétitions afin de faire un point. Après une longue discussion entre les parties, la production et une concertation parallèle avec les parents, amis avec la réalisatrice, nous avons pu filmer la scène en préservant les intentions sans pour autant « exposer » la comédienne.

Cet incident ou cette maladresse du moment, dans l’énergie de la scène, aurait pu avoir des conséquences plus dramatiques sans la complicité des quelques jours dans cette maison, précédant le tournage, où nous avons pu établir un lien de confiance. Une très belle expérience qui m’a apprise que la préparation, la communication et la bienveillance sont sans doute essentielles pour réussir ces premiers pas dans les scènes intimes.

Clap de fin pour ce premier article, n’hésitez pas à partager vos propres anecdotes et / ou donner des astuces ou conseils dans les commentaires ci-dessous ou sur le forum ! Évidemment, ce récit se déroulait dans le monde d’avant celui du Covid-19 ! Une époque où deux acteurs pouvaient se faire des baisers de cinéma sans crainte…

Petit clin d’œil à la « team » ARA qui m’a encouragé à écrire ce tout premier article pour la communauté.


Image à la une : « 20 ans d’écart » (2013) réalisé par David Moreau

Hélène Dubouchaud

Hélène Dubouchaud

Assistante réalisateur

Vous aimerez aussi...