Tourner sous la pluie – Les généralités

Il y a quelques semaines, nous avons eu l’accord du site PremiumBeat pour traduire fidèlement et partager avec vous, le très bon article de Lewis McGregor (cinéaste indépendant du Pays de Galles) sur les astuces de tournage par temps de pluie. Un immense merci à eux et à nos traducteurs !

Caméra, équipement, lumière, rendu, making-of, sécurité… On y apprend pleins de choses. Nous aurons l’occasion de revenir encore en détail sur cette particularité des tournages, en abordant dans un prochain billet, les spécificités en préparation et en plateau.

________________________________________________________________________

Filmer une scène sous la pluie est toujours un défi, qui se révèle parfois incontournable. Voici quelques trucs et astuces pour que vos tournages sous la pluie en vaillent la peine.

La pluie est une des choses les plus difficiles à faire lorsque l’on fabrique un film.

Cette citation vient du 1er assistant réalisateur Nilo Otero (Inception, The Dark Knight). Elle est tirée du making of d’Inception que l’on peut voir dans cet article. Otero n’est certainement pas le seul à penser cela.

Dans la majorité des manuels de tournage, les auteurs ont tendance à affirmer qu’il est toujours préférable de transformer une scène de pluie en scène par temps sec. Mais pourquoi est-il donc si difficile de filmer la pluie ? Pour y répondre plusieurs éléments entrent en jeu.

Les défis du tournage sous la pluie


Avez-vous déjà essayé de filmer de la pluie et remarqué que cela ne rendait pas très bien à l’image? On croit souvent à une pluie fine alors que sur le décor vous étiez trempés jusqu’aux os.

Regardez la vidéo ci-dessus. Il s’agit d’un plan de mon court métrage tourné il y a quelques semaines. Le personnage a l’air mouillé, il y a de l’eau de pluie sur les plantes et vous pouvez voir que le ciel est gris. Je me rappelle aussi que nous étions trempés derrière la caméra. Néanmoins, dans le plan, la pluie n’apparaît pas et l’on a plutôt une impression de bruine alors qu’il y avait une forte pluie.

Dans le sketch suivant de Jimmy Kimmel Live, l’animateur Jimmy Kimmel parodie les reportages de journalistes californiens sous la pluie – remarquez le plus important : sur les différents reportages on ne voit pas la pluie, ou alors très difficilement.

C’est la conséquence de deux facteurs : la taille de la pluie et l’angle d’obturation. Les gouttes de pluie, même pendant une averse moyenne, sont souvent trop petites et translucides pour que la caméra les capture. Lorsque vous utilisez un angle d’obturation à 180 degrés, les objets se déplaçant rapidement, comme c’est le cas des gouttes de pluie, deviennent flous.

Que faire pour réussir à filmer la pluie ?

Image tirée du film : « Il faut sauver le soldat Ryan » – Steven Spielberg, 1998

Si vous réalisez un documentaire et que vous ne pouvez mettre en scène ou recréer le plan – et que la pluie dans votre cadre est indispensable – vous pouvez réduire l’angle d’obturation (augmenter la vitesse d’obturation). Une vitesse d’obturation rapide va donner à chaque image plus de netteté et vous pourrez voir la pluie avec davantage de détails.

Janusz Kaminski a utilisé de façon créative cette méthode dans Il faut sauver le soldat Ryan, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus. Bien que le choix d’utiliser l’angle d’obturation à 45 degrés eut d’abord pour but de rendre la violence de la guerre encore plus agressive à l’écran, cela a permis que les plus petits éléments comme l’eau ou la boue apparaissent avec beaucoup plus de détails et de netteté.

Cependant, cela ne vous permettra jamais d’envisager la quantité spectaculaire d’eau utilisée dans les films. C’est parce que la véritable pluie ne sera jamais aussi spectaculaire. La plupart du temps les pluies dans les films sont artificielles.

Une rampe à pluie sur le tournage du film « Inception » – Christopher Nolan, 2010

Il y a plusieurs types de machines qui permettent de recréer la pluie, de la rampe à pluie attachée à une grue qui permettra d’arroser une rue entière aux cannes à pluie qui peuvent être manoeuvrées par une seule personne. Ces outils produisent de plus grosses gouttes d’eau (à une cadence plus rapide), ce qui aide la caméra à filmer la pluie avec un obturateur à 180 degrés.

La plupart des grandes villes auront des entreprises qui loueront ces installations, mais souvent s’ajoutera au devis le salaire d’un technicien capable de manipuler ou d’installer le matériel. Si votre budget est limité vous pouvez toujours chercher sur YouTube les tutoriels sur comment faire sa propre machine à pluie.

En voici un de Tom Antos.

Éclairer pour la pluie

Utiliser une rampe à pluie n’est que la première étape lorsque l’on tourne une scène de pluie. Une des entreprises majeures sera l’éclairage. Si vous éclairez la pluie de face (projecteur derrière la caméra), elle n’apparaîtra pas – il est nécessaire d’éclairer la pluie en contre. Filmer une scène de pluie de nuit confirme cette particularité.

Le coordinateur des effets spéciaux Scott Fisher (Dunkirk, Suicide Squad) a dit :

Typiquement dans les films, (les scènes de pluie) sont tournées de nuit parce que cela rend mieux avec la lumière en contre qui fait apparaître la pluie. Vous regardez un match de football, par exemple, et les commentateurs disent : « Regardez comme il pleut » mais vous ne pouvez rien voir, c’est le problème de la pluie de jour.

Il y a des réglages primordiaux à prendre en compte avant de tourner :

– S’assurer que la lumière n’est pas trop forte et trop près du bord du cadre. Une lumière dure provoquera un rendu artificiel.
– Il est tout aussi important que la lumière qui éclaire la pluie n’éclaire pas les acteurs en contre. Cela peut être perçu comme une lumière du soleil et aura l’air extrêmement étrange pour un plan en extérieur jour de pluie.

À propos de lumière du soleil, voici l’un des aspects les plus importants. Il faut noter qu’utiliser n’importe quel système de pluie un jour ensoleillé ruinera complètement l’illusion du jour de pluie. Comme le dit le directeur des effets spéciaux Chris Corbould dans le making of d’Inception…

Il n’est pas commun de tourner une scène de pluie en lumière du jour.

Arranger sa configuration de tournage pour créer une ambiance de lumière nuageuse sera le challenge le plus difficile de tous.

Wally Pfister, chef opérateur récompensé par un Academy Award, a partagé son expérience à propos du travail sous un soleil de midi dans Inception :

La prise de vue était un challenge particulier pour moi en terme d’éclairage : essayer de recréer la lumière d’une journée nuageuse alors que le temps est très ensoleillé. Chris savait que cela me faisait suer. Après avoir prié pendant des mois et des mois pour que le temps soit couvert, j’ai abandonné tout espoir et j’ai commencé à faire mes devoirs pour deviner où exactement le soleil allait être à quel moment de la journée et faire de mon mieux pour tourner avec. Le fantastique chef machiniste Ray Garcia m’a été d’une grande aide en suivant à la trace la course du soleil et en empêchant le soleil de rentrer à l’aide de différents dispositifs, de nacelles et autres plateformes pour monter sur les toits et y mettre des drapeaux. Cela contribue au style du film d’une façon difficile à décrire. Parfois il nous fallait faire avec la présence du soleil et on se disait en blaguant : Ok, c’est une scène de rêve après tout.

Des drapeaux obturant la lumière du soleil sur le tournage du film « Inception » – Christopher Nolan, 2010

Filmer une scène de pluie : la sécurité avant tout

Lorsque l’on tourne une scène de pluie, l’eau va inévitablement s’infiltrer partout. Quand l’équipement électrique et les autres appareils électroniques sont éparpillés sur le décor cela implique un risque important pour la sécurité.

Dans le livre : Cinematography : Theory and Practice (un des livres recommandés par PremiumBeat pour les réalisateurs), l’auteur et cinéaste Blain Brown conseille de suivre ces règles de sécurité lorsque l’on travaille avec de la pluie artificielle.

– Surélevez toutes les connectiques, en particulier les connectiques de distribution, hors du sol sur des cubes (15×20). Enveloppez-les de plastique puis de scotch. Utilisez du scotch d’isolation électrique car le gaffer ne résistera pas à l’eau.

– Fixez au sol tout ce que vous pouvez.

– Mettez des chapeaux de pluie sur tous les projecteurs. Protégez les lentilles de toutes les grosses sources de lumière ; de l’eau sur une lentille brûlante la brisera avec la possibilité que le verre vole en éclats.

– Couvrez les étagères d’équipements et tous autres équipements non utilisés avec des bâches en plastique épais.

– Les membres de l’équipe devraient porter des chaussures isolantes et se trouver sur des tapis de caoutchouc lorsqu’ils travaillent avec les équipements électriques.

– Respectez religieusement toutes les règles de sécurité électrique.

Si vous tournez dans une région sauvage et pensez qu’il pourrait pleuvoir, Premium Beat a conçu un guide pour vous préparer aux circonstances pluvieuses et ainsi aider à protéger votre matériel. La pluie semble être la peste pour la créativité de beaucoup de réalisateurs. Et pourtant pourquoi observons-nous tellement de scènes de pluie dans les films ? Et bien, car la pluie rend tout un peu plus magique.

Lewis McGregor
________________________________________________________________________
Lien vers l’article original, publié le 24 août 2016 : Tips For Filming in the Rain

Concernant l’auteur, Lewis McGregor, vous pouvez trouver ses autres articles sur ce même site et vous pouvez le suivre également sur son compte Twitter : @lewismcgregor

Image à la une : Syncopy

Nos remerciements sincères aux traducteurs de l’article original pour ARA : Hélène Robert, Perle Tharinger et Isabelle Vossart.

ARAssociés

ARAssociés

Assistants Réalisateurs Associés.
Infos, décryptages, trucs et astuces.
Partageons !

Vous aimerez aussi...