Quid du CV de l’assistant réalisateur

Indépendamment de votre expérience professionnelle, il y a des éléments bien précis et de grandes valeurs souvent absents ou insuffisamment mis en avant quand un premier assistant réalisateur ou encore un directeur de production, par exemple, consultent votre curriculum vitae pour compléter l’équipe mise en scène d’un film.

Débutants ou aguerris, voici quelques tuyaux. Libre à vous de les appliquer.

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

> VOTRE ADRESSE POSTALE

Premier enjeu majeur d’un bon CV, la précision de votre localisation. Le « recruteur » veut savoir où vous habitez. Il s’agit en général de votre adresse de résidence principale. Elle est précisée avec votre état civil dans l’en-tête. L’indication de son adresse postale est une évidence pour tout le monde mais attardons-nous un instant sur l’adresse fiscale.

Votre adresse fiscale est généralement en corrélation avec votre adresse postale. Elle permet de savoir où vous déclarez et payez vos impôts.

Dans le cas de Paris et de l’île de France, la majorité des chefs de postes (premier assistant par exemple) y sont recrutés car c’est souvent sur place que les projets se préparent (bureaux de production et de préparation in situ) et se tournent (si pas en région). L’adresse fiscale n’est donc pas une condition sine qua non à l’embauche à partir du moment où vous êtes dans le coin. Chez vous, un proche, un ami… Il y a bien sur des exceptions (production située en région ou à l’étranger).

Dans le cas des régions par contre, si une production obtient l’aide de l’une d’entre elles, elle devra se soumettre à certaines conditions. Le film devra se tourner tout ou partie dans la dite région (sauf cas particulier) et cette dernière imposera également un minimum de techniciens locaux dans l’équipe. La production pourra ainsi bénéficier de ce fond de soutien. Votre adresse fiscale donc postale devient dés lors un paramètre important.

Vous vous demandez sans doute pourquoi une région impose chez elle une partie de l’équipe et un choix de décors à la production en échange de l’aide financière qu’elle accorde ?

Pour une raison économique en premier lieu et de mise en valeur du patrimoine local en second, potentiellement visible dans le film.
La production va créer des emplois (techniciens ET acteurs / figurants locaux)… Elle effectuera des dépenses locales liées au tournage (hébergement de l’équipe parisienne, restauration, logistique…) et les techniciens/acteurs venant de Paris dépenseront leurs deniers sur place les jours de repos (tourisme, transport, approvisionnement…).
Parallèlement, la production limitera aussi ses coûts avec des personnes ayant leur hébergement sur place et leur moyen de locomotion… Le projet profitera également de l’expertise des locaux (connaissances des lieux, us et coutumes, réseau de contacts…). En clair, tout le monde y gagne.

Cet argent public donné au départ par la région retourne donc in fine dans l’économie locale (consommation, impôts directs et indirects) et constitue ainsi un cercle vertueux avec même un certain bénéfice. La production doit en effet répondre à un seuil de dépenses localement. Pour en savoir plus, on en parle sur notre forum.

« Pour 1 € investi par une collectivité dans une production, » détaille Daphné Bruneau, chef du service de l’action territoriale au Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), « les retombées économiques issues du tourisme sont évaluées à 1 € supplémentaire ».

Vous l’aurez compris. Votre adresse fiscale conditionne la géographie de vos opportunités. Dans le cas très particulier d’une adresse fiscale différente de votre adresse « usuelle » et si vous estimez que cela peut vous avantager, précise-le sur votre CV si vous ciblez un projet précis. Dans le cas contraire, il faudra l’indiquer à la production de vives voix et ce, dans les meilleurs délais.

Soyons honnêtes, généralement, certains chefs de postes comme le premier assistant réalisateur viennent de Paris et le reste de son équipe de la région ou pays de tournage (exception faite d’un tournage 100% parisien). Il existe bien sur des exceptions selon l’économie du projet où le second peut ne pas dépendre de son adresse fiscale. C’est un jeu de vases communicants et de négociations entre le 1er et le directeur de production. Pour le reste de l’équipe mise en scène, il faudra composer la plupart du temps avec des techniciens locaux. Et c’est un avantage !

Des similarités avec le cahier des charges des régions existent dans le cas d’une co-production (dépenses, techniciens, décors…). L’occasion d’un prochain billet. Revenons au sujet. :)

> VOS AUTRES ADRESSES

Vous avez un proche, un ami ou une résidence secondaire !?! :) ailleurs de là où vous habitez et où vous pouvez vous loger le temps d’une préparation et d’un tournage ? Précisez-le sur votre CV avec la mention « Possibilités d’hébergements » ou « Hébergement possible » par exemple.
Même si vous n’êtes pas « fiscalement sur place » et parce qu’il existe une certaine marge de manoeuvre comme évoqué plus haut avec le jeu des vases communicants en production, indiquez les régions dans lesquelles vous avez donc un pied à terre. Dans l’en-tête ou dans une colonne en parallèle de votre expérience professionnelle mais dans tous les cas, dans la partie supérieure de votre CV afin de mettre ces informations en valeur. Elles sont parfois consulter avant même votre expérience professionnelle.

Certains précisent les villes plutôt que les régions. Libre à vous. Mais à choisir afin de garder un spectre large de possibilités pour convaincre sur le papier, nous vous invitons à préciser la seconde option. Chaque chose en son temps. Vous préciserez la ville en temps voulu. Pendant votre premier échange avec votre potentiel employeur au téléphone par exemple.

> À l’ÉTRANGER

Immense plus-value de votre candidature, précisez bien évidement les pays où vous avez un toit mais surtout ceux dans lesquels vous avez travaillé. « L’étranger appelle l’étranger » ! Une transition toute trouvée avec le second point capital d’un CV, les langues !

LANGUES

Un des incontournables du parfait CV, la mention des langues et votre niveau. Lu, écrit, parlé, courant, bilingue, technique, scolaire, notions…

Tout comme la situation géographique, cette information doit figurer dans la partie supérieure de votre CV.
Inutile de vous surestimer sur vos capacités, vous vous mettriez rapidement dans l’embarras vis à vis de votre employeur…

LOGICIELS

En dehors des bons vieux classiques type Word, Excel qu’on précise en début de carrière mais plus trop après d’ailleurs tellement on frôle l’évidence, précisez si vous maitrisez un de ces logiciels dédiés pour assistant réalisateur : Movie Magic Scheduling, MovieData, Gorilla, Filemaker… Ou encore des solutions dans le nuage comme Production Minds, Set Keeper ou encore Outlook Movie.

Un premier et un second assistant apprécieront de voir un profil maîtrisant un de ces logiciels même si ce n’est pas forcément celui qu’ils utilisent… Ces programmes différent sur de nombreux points mais ils fonctionnent tous sur le principe de la base de données. N’oublions pas le directeur de production pouvant travailler sur une solution de « budgeting » interopérable avec votre logiciel (Movie Magic Budgeting, Gorilla Budgeting…).

Un bon bonus pour un assistant réalisateur, la maîtrise d’un logiciel d’écriture de scénarios comme CeltX (gratuit) ou Final Draft (payant). En effet, les assistants chevronnés utilisent souvent ces logiciels pour reformater, extraire, dépouiller… Pouvoir les assister sur ce point est un plus.

Évitez de mettre des logiciels qui n’ont aucun rapport avec votre profil d’assistant réalisateur, ça fait « remplissage »… ou encore ceux qui raisonnent comme une évidence (Dropbox, WhatsApp, Outlook…).

PERMIS & VÉHICULE

Toujours en recherche de l’aspect pratique, indiquer l’obtention du permis B est indispensable. Si il n’apparaît pas, on vous posera la question. Un assistant réalisateur qui ne peut pas conduire est un « boulet logistique » pour la production. On passera sur les nombreux exemples de seconds ou troisièmes assistants qui ont perdu des projets, faute de permis… Exception toutefois des stagiaires qui sont exemptés. Ils n’ont pas le droit de conduire d’autres personnes qu’eux-mêmes dans un cadre de production.

Si vous avez un véhicule, précisez-le aussi bien sur. Sur Paris ou en région. Il est souvent indispensable pour un second, un troisième, un repéreur… Jetez un oeil sur notre article du Parfait kit de l’assistant réalisateur. Le tout est à faire figurer dans la partie supérieur de votre CV.

ORTHOGRAPHE

C’est une évidence encore une fois mais les fautes d’ortografs :) (mais aussi de grammaire) sont rédhibitoires. Alors passez les quelques fautes que vous pourrez trouver dans les billets d’ARA :), s’il vous plaît, n’en faites pas sur votre CV. Ce n’est pas du tout engageant pour un employeur et cela signifie potentiellement que vous risquez d’en faire sur les documents du film, dans les emails…

CV DEDIÉ

Si vous postulez en mise en scène, ayez un curriculum DE mise en scène ! Vous avez été serveur dans le restaurant de votre oncle ou équipier chez Mac donald’s… Ne le précisez pas. ON S’EN FICHE !! :) Alors vous me direz que ces activités peuvent illustrer vos capacités relationelles alors si vous y tenez, résumez-les peut être en une phrase plus généraliste. Idem si vous êtes réalisateur à vos heures perdues ou à un autre poste technique parfois (déco, image…). Un effet « remplissage » mais surtout, cela peut démontrer un certain flou sur votre orientation professionnelle.

Un CV d’assistant doit être spécialisé, synthétique et précis sur vos intentions. Rien ne vous empêche de faire un cv différent selon votre recherche et votre parcours. Préférez la qualité à la quantité.

Quelques exceptions sont possibles notamment quand on démarre le métier d’assistant avec peu ou sans expérience. Celles en régie et en production sont les bienvenues ou encore les expériences à l’école ou en fac. A défaut, mettez en avant votre formation et votre envie d’exercer ce métier. Certains CV comportent en effet quelques lignes concises indiquant ses intentions.

EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES & FORMATIONS

astuceN’oublions pas ce qui est tout de même central sur un CV. Votre parcours professionnel et votre formation. L’ordre diffère parfois mais il est préférable de mettre les expériences pros avant la partie formation(s). La pratique avant la théorie si on peut dire.

Le classement des expériences dépend par contre de la multiplicité des postes occupés et des formats de films (longs, téléfilms, courts…). A la discrétion de chacun. Généralement, on classe par format et du plus récent au plus ancien. Précisez également la période en mois et l’année de l’expérience. Les dates précises, du tant au tant, sont déconseillées. Évidement, on indiquera le titre du film, le nom du réalisateur et de la production. Éventuellement, les premiers rôles et les lieux de tournage (pays, régions…).

Certains CV précisent également le poste habituellement occupé ou recherché dans l’en-tête. C’est une bonne chose dans le premier cas avec des profils ayant peu ou beaucoup d’expériences. Délicat parfois dans le second. Par exemple, afficher son poste de 3ème assistant réalisateur alors qu’on n’a pas d’expérience en troisième… peut peut-être porter à pré-juger. Dans le doute, précisez juste assistant réalisateur et indiquez votre poste « recherché » dans une courte ligne d’intentions, votre email ou par téléphone à votre interlocuteur.

Concernant la ou les formations (études supérieures, type de bac, formation professionnelle type MovieData par exemple etc…), précisez-les quand vous débutez. Les assistants chevronnés, parfois, ne le précisent plus car ils ont l’expérience pour eux.

COMPÉTENCES PARTICULIÈRES ET SPÉCIFICITÉS

Si vous êtes formés aux Premiers Secours, aujourd’hui appelée PSC1 (Prévention et Secours Civiques de Niveau 1, anciennement AFPS) ou encore Sauveteur secouriste du travail, indiquez-le ! C’est malheureusement trop rare alors quand vous l’êtes, bravo ! Mettez-le en valeur !

Tournage avec des enfants, en mer, grosse figuration, avec des animaux… sont quelques exemples de spécificités que vous pouvez indiquer dans un encart de votre CV.

Cependant, si vous avez une maigre expérience, indiquer que vous savez faire un dépouillement, un plan de travail ou une feuille de service dans une rubrique dédiée… fait encore une fois « remplissage ». À éviter !

LES PLUS

– Indiquez le nom de votre chef de poste (le premier assistant en l’occurence) est coutumier dans le descriptif de chaque projet si vous avez travaillé en tant que second, troisième… Un lien vers votre site professionnel, votre IMDB ou encore un identifiant Skype… Aussi.

– Une photo ? Oui bien sur mais rien d’obligatoire. Montrez-vous sous votre meilleur « profil ». Evitez toutefois les photos trop stylisées. On fait pas de la mode !! :)

– Au format PDF quand vous communiquez votre CV par email. Évitez les .doc (Word) et surtout, nommez votre cv avec votre nom et prénom. Le poste éventuellement.

– Ne mentez pas ! C’est un petit milieu… De plus, mentir sur son CV peut justifier un licenciement pour faute grave. Gare également aux importantes omissions et approximations dans une certaine mesure.

– Indiquez votre date de naissance ou votre âge selon. Ne pas l’indiquer met une drôle de puce à l’oreille. :) Votre nationalité aussi.

– Un bon CV est sobre dans sa présentation. Humble comme l’assistant réalisateur idéal :). Évitez donc les effets graphiques appuyés ou le kitch du clap ou de la caméra en filigrane…

– Question matériels, ne précisez pas que vous avez un appareil photo, une boussole, un ordinateur portable… C’est le poncif du CV de l’aspirant qui démarre. Du « remplissage » encore une fois.

– Si vous faites partie d’une association de technicien comme l’AFAR, indiquez-le.

– Bénévole, monde associatif, globe-trotter… Également. L’altruisme, l’abnégation et la curiosité sont de belles qualités. La précision de vos loisirs, pourquoi pas mais honnêtement, c’est secondaire…

LE MOT DE LA FIN

Savoir rédiger un bon CV n’est pas une chose aisée. La plupart du temps, les bonnes informations sont là mais pas forcément dans le bon ordre. Il faut se mettre à la place du recruteur qui cherche la plupart du temps des informations pratiques selon le type de poste recherché.

Inspirez-vous des CV existants et de cet article. Vous aurez ainsi un CV convaincant permettant de déclencher l’appel de votre futur employeur.

Communauté participative oblige, n’hésitez pas à compléter ce billet dans les commentaires ci-dessous si vous voyez un point à ajouter ou à commenter.

– – –
Crédit Image à la une : lexpress.fr

ARAssociés

ARAssociés

Assistants Réalisateurs Associés. Infos, décryptages, trucs et astuces. Partageons !

Vous aimerez aussi...

  • Doriane Billon

    Merci pour toutes ces informations qui m’ont permis de compléter au mieux mon CV. Cet article m’a été d’une très grande aide et m’a informé des particularités importantes à apposer sur ce fameux CV qui est si souvent incomplet et mal rédigé.
    Merci beaucoup!