Les règles de sécurité en studio

La CCHSCT (Prévention et protection de la santé et de la sécurité des salariés sur les tournages de films) a publié, le 30 mars 2015, une note sur les procédures à suivre en matière de sécurité lorsqu’un tournage est organisé dans un studio. 

En parallèle, la CST (Commission supérieure technique de l’image et du son chargé de faire respecter, sous l’autorité du CNC, les normes et spécifications techniques) a publié une recommandation technique pour les plateaux de prise de vue cinéma. 

Et le rôle de l’assistant dans tout ça ? Même si la plupart des indications qui vont suivre sont des prérogatives de production et du studio, l’assistant réalisateur doit en avoir connaissance pour mieux appréhender les questions sécurité dont il est aussi le garant en préparation et surtout au tournage.

Un grand merci à ces deux entités pour leurs travaux que je cite largement dans cet article. 

Consoeurs et confrères assistants réalisateurs, en voici les grandes lignes pour y voir plus clair.

Le postulat de départ !

« Le producteur comme l’exploitant du studio et leurs sous-traitants respectifs, ont chacun une obligation de résultat vis-à-vis de leurs salariés respectifs, qui se traduit par une responsabilité à la fois pénale et civile en cas de manquement à cette obligation.
Ainsi, un producteur ou un prestataire aura intérêt à s’assurer de ce que le lieu de travail (en l’occurrence, le studio de cinéma) ne soit pas facteur de risques pour ses salariés.
De même, l’exploitant du studio devra vérifier de son côté que les travaux effectués et les matériels amenés par la production et les divers sous-traitants sur son site (construction de décors, échafaudages, prises de vues avec effets pyrotechniques, installation d’un catering, etc) soient conformes aux restrictions d’utilisation et à la configuration du studio, et ce, pour garantir la sécurité de ses propres salariés présents sur le site. »

La classification des studios pour rappel !

  1. Surface comprise entre 200 et 400m2 : Petit plateau*
  2. Surface comprise entre 400 et 800m2 : Plateau moyen
  3. Surface supérieure à 800m2 : Grand plateau.

*La surface d’un plateau de prise de vues ne peut être inférieure à 200m2.

Les procédures en début de préparation…

– Entre production, studio et prestataires, il y a l’examen du cahier des charges techniques (développement ci-dessous) de chacun. Ils identifient les impératifs de sécurité qui en découlent.
– Production et studio désignent une ou plusieurs personnes référentes de sécurité.
– Tous deux établissent ensuite un plan de prévention (détails à suivre). Le studio le fait également avec ses propres prestataires. Le tout en ayant fait des repérages bien entendu (plateaux, ateliers, cantine… et tous autres lieux que le personnel de la production et des prestataires est amené à occuper, en présence du représentant de l’exploitant du site).

… En fin de préparation, au tournage et au démontage…

– Au début des travaux préparatoires en studio (déco, prelight), en tournage et au démontage, informer les salariés respectifs sur les risques et les mesures de prévention à observer sur le site. Prérogative de la production, du studio et des prestataires mais l’assistant dispose de la feuille de service et de ses annonces pour informer.
– Présence indispensable et permanente des référents en matière sécurité. Ce sont eux qui veillent au respect du plan de prévention.
– Informer le studio de toute nouvelle situation à risque identifiée (mise en place d’une nouvelle installation sur le plateau non prévue en amont, changement du plan de travail, arrivée de nouveaux salariés ou sous-traitants…)

bgstudio

Et non ce n’est pas fini. D’autres choses à savoir. :)

Au sujet du cahier des charges techniques…

– L’utilisation des machines en atelier ou encore de tout le matériel électrique, des armoires etc… est bien évidement du ressort des personnes compétentes et habilitées.
– Le studio devra être informé de tout projet d’accroche particulière sur le grill technique (passerelles et/ou ponts au plafond permettant l’accroche des projecteurs).
– Il n’est pas permis de peindre directement les planchers des différents plateaux (hors cyclo).
– Les mises en peinture des cyclos (mur où le sol contigue n’est pas à angle droit mais arrondi) devront faire l’objet d’une demande auprès du studio.
– La production ne peut avoir accès aux autres parties du studio qui n’auraient pas été convenues en amont avec le responsable du site et au contrat de location.
– La production et le studio font un état des lieux.
– Une feuille de service est à transmettre au studio pour le tournage (la veille pour le lendemain).
– L’utilisation de matériels spécifiques (grue, nacelle, chariot , élévateur…) devra faire l’objet d’une information au Studio.
– IMPORTANT > Les travaux par point chaud (moulage et soudage au moment de la construction, feu ou brûleur à gaz au moment du tournage) doivent faire l’objet d’une demande de permis de feu auprès du régisseur du Studio.
– Il est interdit de fumer dans un studio.

Pour rappel, Article 73 de la CCN
Le travail est interdit en studio le dimanche et les jours de fêtes légales.
Toutefois, si un événement indispensable au scénario (actualité, manifestation sportive, meeting, etc.) ne pouvait être tourné qu’un dimanche inclus dans une période de travail au studio, une dérogation pourrait être accordée au producteur par le délégué de production. Toutes les heures du travail seraient alors majorées de 100 % payables à tous les techniciens. Les heures supplémentaires faites éventuellement ce dimanche seraient également payées double.

Au sujet du plan de prévention… Ce qu’il contient !

– Définition des phases d’activité dangereuses et des moyens de prévention spécifiques correspondants.
– Adaptation des matériels, installations et dispositifs à la nature des opérations à réaliser et définition de leurs conditions d’entretien.
– Instructions à donner aux travailleurs.
– Organisation mise en place pour assurer les premiers secours en cas d’urgence, et description du dispositif mis en place à cet effet par l’exploitant du studio.
– Conditions de la participation des salariés du studio aux travaux réalisés par la production ou les prestataires, en vue d’assurer la coordination nécessaire au maintien de la sécurité et, notamment, de l’organisation du commandement.

Au sujet de référent de sécurité…

Côté studio, le référent nommé par l’exploitant du site. Côté production, le directeur de production pour les aspects contractuels. Ce dernier peut avoir un second relai selon les phases de la préparation (chef décorateur ou constructeur en montage déco, chef électricien en pré-light), de tournage (chef machiniste) ou l’un des trois en démontage.
L’article L4644-1 du code du travail impose à toute entreprise, quelle que soit sa taille, de désigner un interlocuteur sécurité pour s’occuper des questions de protection et de prévention des risques professionnels de l’entreprise. Cette personne doit avoir les compétences requises pour rédiger / étudier / négocier les documents techniques obligatoires et contractuels

Attention danger

Obligation de sécurité, la nuance entre le studio et la production.
Conformément à la réglementation, c’est l’exploitant du studio qui sera le coordinateur du Plan de Prévention. Autrement dit, c’est lui qui a la responsabilité, au sens du code du travail, de veiller à ce que les mesures édictées dans le Plan de Prévention soient respectées par les travailleurs présents sur le site.
C’est pourquoi il lui reviendra d’organiser des inspections régulières sur le site pendant l’exécution des opérations de la production (construction de décors, tournage), pour s’assurer que les consignes prévues dans le Plan sont bien observées.

Attention ! Si chaque employeur a une obligation de sécurité de résultat vis-à-vis de ses propres salariés, la coordination du Plan de prévention, en l’occurrence par le studio, constitue une obligation de moyens, et non pas de résultat.

Autrement dit, sa responsabilité tient à mettre en œuvre les moyens tendant à préserver la sécurité des travailleurs sur le site au travers de la coordination des mesures de prévention prévues au Plan, mais sa responsabilité ne sera pas systématiquement mise en œuvre en cas d’accident, dès lors que le studio justifie avoir mis en œuvre ces moyens.

Pour finir !

Sachez également qu’on ne rentre pas dans un studio comme dans un moulin. Un service de sécurité est présent. Il faut que la production remette une liste des noms de toute l’équipe (distribution incluse) avant l’arrivée de cette dernière. Prévoyez d’indiquer à l’équipe de ne pas oublier sa carte d’identité à la feuille de service.

En clair, du bon sens et de la communication garantiront la sécurité de tous.

Fin de ce pavé, bravo si vous l’avez lu jusqu’au bout :)

Pour aller plus loin maintenant, les sources :
CCHSCT, Procédure à suivre en matière de sécurité lorsqu’un tournage est organisé dans un studio.
CCHSCT, Plateaux de prises de vue Cinéma : recommandation technique

Victor Baussonnie

Victor Baussonnie

1er assistant réalisateur passionné - Paris / France

Vous aimerez aussi...

  • Angélique Alves

    Excellent article Victor. Bravo. Clair et complet comme toujours ! Dommage que je n’aie pas pu le lire avant le tournage en studio de mercredi. Je me rends aujourd’hui compte que tout n’a pas été fait dans les règles de l’art…Ce sera pour la prochaine ! Merci pour toutes ces infos très intéressantes. Il manque juste, à mon sens, un tout petit point : la cigarette. Elle devrait être interdite sur le plateau et dans toute l’enceinte du studio…Le lundi soir, on a quand même failli avoir un départ de feu, à cause d’une clope lancée à terre…(Bon j’avoue que je suis mal placée pour dire qu’il ne faut pas y fumer…mais « faites ce que je dis, pas ce que je fais » (c’est la devise des régisseurs) ;)

  • Tibwa Nzapa

    Très bon article. C’est un bon pense-bête également pour les assistants de production et les administrateurs (dans leur cas, pour tous les aménagements et constructions à faire dans un studio, le devis du coordinateur déco est d’une grande importance, même si son rôle est plus important et reconnu aux Etats-Unis qu’en France.)
    Sinon, noter aussi que l’on ne peut pas travailler en studio pendant les jours fériés.

    • Merci pour ton retour Tibwa. Tu as raison pour le travail en studio les jours fériés. Ce n’est pas possible.