Bien préparer son premier tournage en Europe

Participer à un tournage en France, vous en avez l’habitude.

Comment ça se passe alors si vous avez une opportunité dans un autre pays de l’Union européenne pour y travailler en tant que technicien ou comédien français ?

Tout d’abord, il faut se renseigner, vérifier et effectuer quelques démarches avant de se lancer. Nous aborderons la question des contrats, heures / cachets et imposition dans un futur article.

Commençons par le début ! Il faut déjà identifier les pays concernés par l’Union européenne. Au total : 28 pays (États membres).

Source : www.touteleurope.eu

À savoir : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède.

Suite au référendum du 23 juin 2016 en faveur du Brexit, le Royaume-Uni est engagé dans un processus de séparation de l’UE, qui doit se terminer en mars 2019.

Le gros avantage de travailler en Europe s’appelle l’Espace Schengen ou le principe de la liberté de circulation des personnes.

Ce qui implique que tout individu (ressortissant de l’UE ou d’un pays tiers), une fois entré sur le territoire de l’un des pays membres, peut franchir les frontières des autres pays sans subir de contrôles. Pour se déplacer, il n’a plus besoin de passeport. Les vols aériens entre villes de l’espace Schengen sont considérés comme des vols intérieurs.

Cependant, il est important de noter que tous les pays de l’Union européenne ne sont pas concernés par les accords de Schengen. Pour en vérifier la liste, visitez ce lien.

Passons maintenant à la liste des points à vérifier avant de partir !

> DIPLOMATIE

Allez jeter un oeil tranquillement sur le site du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères Français, dans la rubrique « Conseils aux Voyageurs » : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/
Il est particulièrement bien fait. Vous y apprendrez l’actualité du moment dans le pays destinataire, des conseils sur la sécurité, les conditions d’entrée et de séjour, la santé et des infos utiles (législation locale, argent, climat, transports…)

On vous recommandera également de récupérer et de conserver l’adresse de l’ambassade française sur place en cas de pépin.

Le cas d’Ariane…

Sur ce même site du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères Français, on vous invite à déclarer votre futur séjour sur ARIANE.

Ariane vous permet, lorsque vous effectuez un voyage ou une mission ponctuelle, de vous signaler gratuitement et facilement auprès du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Vous recevrez ainsi des recommandations de sécurité par courriels si la situation dans le pays le justifie et vous serez contacté en cas de crise dans votre pays de destination. De plus, la personne contact que vous aurez désigné pourra également être prévenue en cas de besoin.

On ne sait jamais après tout, même en Europe. Alors, déclarez-vous.

> IDENTITÉ

Dans tous les cas, vous devez avoir une carte nationale d’identité ou un passeport en cours de validité. Vous pouvez aussi prendre avec vous votre permis de conduire en cas de besoin. Il sera valable dans les pays de l’Union. Pas besoin de permis international en Europe.

Concernant ces documents, on vous recommande d’en faire une copie et de la garder sur vous. Sauf en cas de nécessité, il est conseillé de laisser les documents originaux dans un endroit sûr sur place. D’autre part, avant de quitter la France, scannez vos documents officiels afin de pouvoir vous les faire transmettre par un proche en cas de perte ou de vol. Pensez également à relever le numéro de votre carte bancaire. – Source : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

> SANTÉ

1 // Rendez visite à votre médecin traitant et parlez-lui de votre futur séjour. Il vous renseignera et vérifiera l’état de vos vaccins si vous n’oubliez pas votre carnet de santé. ;)

2 // Visitez le site de l’Institut Pasteur qui est également très bien fait. Dans la rubrique « Préparer son voyage », vous y trouverez les conseils de vaccination à adopter pour un séjour en toute tranquillité : https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/preparer-son-voyage

Pour des vaccins de dernières minutes, l’Institut Pasteur à Paris (25-28 Rue du Dr Roux 75015 Paris), est un incontournable si vous êtes dans le coin.

Deux autres sites à connaître et à consulter : l’Institut de veille sanitaire et l’Organisation Mondiale de la Santé.

3 // Demandez votre Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM) !
Cette carte est gratuite auprès de votre Caisse d’Assurance Maladie et vous permet de bénéficier d’une prise en charge pour les soins de santé médicalement nécessaires survenus à l’occasion de séjours temporaires dans l’Union européenne. Pour en savoir plus, visitez ici (CLEISS) et là (AMELI) !

Si votre départ a lieu dans moins de 15 jours, votre caisse d’Assurance Maladie vous délivrera un certificat provisoire de remplacement, valable trois mois. Il atteste de vos droits à l’assurance maladie et vous pourrez l’utiliser dans les mêmes conditions que la CEAM.

Attention ! Avant de partir, renseignez-vous sur l’état sanitaire du pays et vérifiez les frais médicaux qui pourront rester à votre charge. Dans certains pays, les frais médicaux coûtent très chers. Il est donc recommandé de souscrire contrat d’assistance ou d’assurance. Pour en savoir plus, visitez le site d’Ameli encore une fois !

> PROTECTION SOCIALE

CAS N°1 : Vous êtes sous contrat français !

Votre employeur doit demander un détachement de salarié (vous) dans l’État de l’UE/EEE concerné (valable aussi pour la Suisse) auprès de l’Assurance Maladie. Ce détachement est également nécessaire au passage dans les autres pays de ce cher monde.

Demandez lui de visiter ce lien s’il ne le connaît pas ! ;)

Le détachement signifie que votre employeur, établi sur le territoire d’un État membre de l’UE/EEE ou en Suisse où il exerce normalement ses activités, vous envoie effectuer un travail pour son compte dans un autre État membre. Vous bénéficierez de la prise en charge de vos soins selon la législation et les formalités en vigueur dans le pays de détachement

Pour tout savoir, côté salarié (vous encore une fois), visitez ce lien de l’Assurance Maladie : https://www.ameli.fr/assure/droits-demarches/europe-international/soins-de-sante-des-expatries/travail-etranger

CAS N°2 : Vous êtes sous contrat étranger !

Vous pouvez utiliser votre Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM) ou encore souscrire une assurance dont vous demanderez le remboursement à votre employeur local. La moindre des choses. :)

Pour en savoir plus, visitez le site d’Ameli encore une fois ou le site d’Europe Assistance !

> RAPATRIEMENT & ASSISTANCE

Si vous avez un souci de santé et que vous devez être rapatrié d’urgence (rapatriement sanitaire), une assurance doit être souscrite par votre employeur ou si vous la prenez vous-même pour diverses raisons, demandez à vous faire rembourser.

Pour des séjours inférieurs à 90 jours, qu’il s’agisse aussi bien de séjours touristiques que d’affaires, une assurance assistance et rapatriement est obligatoire selon les directives européennes.

Une fois souscrite, vous disposerez d’un numéro de police, d’un nom de compagnie d’assurance et d’un numéro de téléphone à contacter (H24, 7/7).

Selon votre type de carte bancaire, vous disposez sans doute déjà d’une assurance et d’une assistance incluse (les images ci-dessous proviennent du site Visa.fr).

Notez que les assurances sont le plus souvent valides SI vous payez avec votre propre carte. Le billet d’avion par exemple pour l’assurance liée (peu de chance en général car c’est la production qui prend en charge). Cependant, autre exemple, l’assurance responsabilité civile à l’étranger est valable quelque soit l’origine du paiement (dés la Visa Premier par contre :-/)…

Pour l’assistance, il y a de nombreux avantages comme vous le voyez.

Renseignez-vous par conséquent auprès de votre banque et également via le site de Visa directement (on y trouve pleins d’informations utiles et insoupçonnées sur sa carte bancaire !). Également encore, le site d’Europe Assistance, une référence dans le domaine.

> PERMIS DE TRAVAIL & DE SÉJOUR

En tant que ressortissant de l’Union européenne, vous êtes libre de travailler sans permis/visa de travail dans un autre pays de l’Union européenne, comme salarié, indépendant ou travailleur détaché.

Il est à noter que ce n’est pas le cas pour les nouveaux membres de l’UE comme la Croatie, membre depuis 2013. Renseignez-vous de votre côté. De toute façon, votre employeur s’occupera des démarches nécessaires.

Durant les trois premiers mois…

Une simple pièce d’identité en cours de validité (carte d’identité ou passeport) est nécessaire. Dans certains pays, il est recommandé d’avoir votre pièce d’identité originale sur vous et de signaler votre présence sur le territoire auprès des autorités compétentes (Mairie, Préfecture… En Belgique par exemple).

Au-delà de trois mois…

Il vous faudra un permis de travail ou une carte de séjour selon les appellations des pays membres. Votre employeur procédera aux démarches en échange de quelques justificatifs de votre part (pièce d’identité, justificatif de domicile, attestation d’assurance maladie…) !

Au-delà de 5 ans, c’est encore autre chose mais on ne souhaite à personne de tourner un film aussi longtemps !! :)

CONCLUSION

Travailler en Europe est beaucoup plus accessible qu’on ne pourrait le croire. D’une part, certains pays souffrent en effet d’un sérieux déficit d’assistants réalisateurs disponibles… D’autre part, la croissance constante des co-productions et la délocalisation de certains tournages (pour de bonnes ou mauvaises raisons…) facilitent l’export du talent reconnu des assistants réalisateurs français dans l’Union… à condition d’avoir tout de même de bonnes notions en anglais !! La langue de Shakespeare est en effet utilisée sur la majorité des plateaux comme langue de travail.

Dernière chose, on vous conseille également de faire assurer votre ordinateur portable par la production. Et c’est valable aussi en France. Il vous suffit de lui remettre une copie de la facture d’achat. C’est notre outil de travail alors protégeons-le.

En cas d’erreurs ou omissions, merci de poster votre retour dans les commentaires au bas de cette page. Nous mettrons à jour l’article. Merci !

ARAssociés

ARAssociés

Assistants Réalisateurs Associés.
Infos, décryptages, trucs et astuces.
Partageons !

Vous aimerez aussi...

  • Mise à jour de l’article concernant les informations sur les cartes bancaires.