9 astuces à adopter avec les électros machinos !

Les électriciens et les machinistes, plus communément appelés « électros » et « machinos » dans le jargon, sont incontournables sur un plateau de tournage. Nous les dénominerons « E & M » dans cet article.

Les premiers sont responsables de l’installation et du bon fonctionnement des moyens techniques d’éclairages, nécessaires au tournage. Ils en assurent les réglages sur les directives du directeur de la photographie. Ils sont également qualifiés pour vérifier et veiller au bon fonctionnement ainsi qu’à la conformité des branchements électriques sur le lieu du tournage, dans le respect des règles de sécurité.

Les seconds sont chargés de définir, d’installer et de manipuler tous les moyens techniques nécessaires à la mise en place des éclairages et du matériel de prise de vues. Ils veillent à leur utilisation dans le respect des règles de sécurité. Sous la direction du directeur de la photographie et en relation avec le cadreur, ils exécutent les déplacements de la caméra, voulus par le réalisateur, durant les prises de vues.

Dans les deux cas, ces techniciens possèdent des habilitations réglementaires liées à la mise en œuvre des matériels utilisés.
Hell's angelsDans l’absolu, les « E & M » ont souvent un réputation qui les précèdent. Ceci est plus lié à leurs fonctions qu’aux personnes en elles-mêmes. Quand quelque chose ne tourne pas rond, ce sont souvent les premiers à monter au créneau face à la production ou à l’assistant réalisateur, c’est selon.

Tous les assistants ont, un jour, eu affaire avec un « électro » ou « machino » mécontent que ce soit pour une bonne ou une mauvaise raison. Pourquoi ? L’héritage syndical en premier lieu. Ces départements défendent depuis très longtemps leurs droits et supportent assez mal le non-respect de la législation du travail ou les actes qui leurs semblent aberrants. En second lieu, le manque de professionnalisme de l’assistant, d’un directeur de production… Du bon sens me direz-vous.

Et l’assistant réalisateur dans tout ça ?

Appliqué à ses prérogatives, l’assistant accompagne et coordonne ces corps de métiers comme les autres (même si chacun a ses propres impératifs et habitudes de travail, son lexique…). Cependant, un assistant maladroit, peu expérimenté et qui ne se rend pas compte des enjeux de ces métiers, peut très vite se mettre à dos ces précieux alliés, des personnalités souvent hautes en couleurs, riches d’humour et d’anecdotes en tout genre.

Pour y remédier, voici quelques tuyaux qui vous aideront auprès des « E & M », exigeants en général avec l’assistant réalisateur et à raison.
Keep calm and best friends1 / Parlez des heures supplémentaires prévues en préparation!

Le sujet souvent le plus délicat en préparation comme en tournage d’ailleurs. Et ce, avec tous les postes. Cependant, les « E & M » seront sans doute les premiers à vous demander des explications. Il est donc important d’engager le sujet rapidement en prépa quand le plan de travail commence à s’affiner. Ce serait une erreur monumentale que de les laisser amener le sujet en espérant naïvement qu’ils passeront à côté. Les « E & M » connaissent la législation du travail et font partie de ceux qui savent très bien décrypter un plan de travail et ses subtilités. Faire une lecture du plan avec eux est de bon ton.

2 / L’attitude à la lecture et en repérage technique !

Les « E & M » aiment les assistants réalisateurs précis, rigoureux et à l’écoute. Evoquez la sécurité de l’équipe sur un décor particulier ou sur une action délicate, prenez en compte les pré-lights importants et les éventuelles heures anticipées s’il y en a, rappelez les enjeux de la mise en scène tout en étant en phase avec le plan de travail, tenez globalement ces journées marathons de repérage aux timing souvent serrés, sans faire de zèle tout de même… font partie des nombreux indicateurs qui rassurent ces départements.

3 / Anticipez les changements d’axes !

Sur le tournage, il est primordial d’anticiper et de prévenir les « E & M » quand un changement important d’axe caméra s’annonce. Le directeur de la photographie peut aussi le faire mais il vaut mieux doubler l’info que de manquer le coche… Cela leur permettra d’anticiper à leur tour l’installation des moyens techniques et le déplacement du matériel dans le champ.

4 / Faire une annonce en cas de dépassement, prévu ou non ?!

Annoncer le début d’une heure supplémentaire avec un nouvel horaire prévisionnel de fin de journée et le nombre de plans restants est un « must have » pour un premier assistant réalisateur.
Après, chacun son style. Annoncer uniquement les heures supp. non prévues à la feuille de service… ou les deux, à haute voix sur le plateau ou en privé à chaque technicien. Assisté par le second assistant pour informer l’équipe à l’arrière. Chacun fera comme il l’entend. Cependant, rappelez-vous que les techniciens et les comédiens ont une montre eux aussi. Faire semblant de penser le contraire est une erreur fondamentale. On vous tombera dessus.

5 / Proposez d’assister à la mise en place du premier PAT de la journée !

Comme évoqué dans l’article du Quid de la mise en place et si l’horaire de celle-ci précède celui de la convocation des « E & M », proposez la veille pour le lendemain, lors de l’établissement de la feuille de service, aux deux chefs s’ils souhaitent être présents à la mise en place du jour suivant. Cela dépend des habitudes de travail du chef électro et aussi de son chef opérateur. Pour le chef machiniste idem mais on pensera à lui proposer surtout s’il y a un mouvement d’appareil particulier. Dans tous les cas, proposez et avisez avec eux.

6 / Proposez un jour à jour en début de journée !

Il n’y a pas que les acteurs et la mise en scène qui peuvent en avoir. En référence à notre article sur le sujet, les « E & M » apprécient souvent de se les voir proposer. Selon leurs habitudes, à vous de le déterminer avec eux.

7 / Validez la feuille et les convocations avant sa distribution !

Comme les autres postes, les « E & M » ne sont pas très fans de découvrir leurs horaires de convocation à la distribution de la feuille de service du lendemain en fin de journée. Surtout si la convocation est au delà de l’heure habituelle avant le P.A.T. ! Prenez donc soin de leur en parler en amont, pendant la journée. Ils seront à même de valider ou d’ajuster votre proposition en fonction du travail qu’ils auront à fournir.

8 / « Boire des bières au cul du camion ! »

Vous n’êtes pas obligé de boire de l’alcool bien entendu mais prendre le temps en fin de journée de passer un moment au cul du camion (jargon quand tu nous tiens !) pendant que les « E & M » remballent est un plus. Les assistants réalisateurs qui filent à l’anglaise une fois la fin de journée déclarée, surtout après un tournage difficile, ne sont pas spécialement bien vus. Après, ces derniers peuvent aussi avoir du travail en fin de journée. Mais si vous avez le temps, même un peu, et si les gars veulent bien de vous :), prenez-le. Certains « E & M » aiment bien débriefer leur journée avec l’assistant ou simplement prendre du bon temps en bonne compagnie.
Montres et compagnie duo9 / Le cas particulier ! Faut-il donner un coup de main à la remballe aux « E & M » ?

Les « E & M » supportent assez mal de se voir aider n’importe comment. La plupart des assistants ont déjà eu l’occasion de se faire alpaguer parce qu’ils ont déplacé sans préavis la caisse ou le pied qu’il ne fallait pas et au mauvais endroit, pensant bien faire.
La solution ? Demander avant.
Cependant, l’assistant a lui aussi sa « remballe » qui consiste à briefer / débriefer avec de nombreux membres de l’équipe et à passer ensuite une ou deux heures devant un ordinateur. Les « E & M » le savent bien et ne s’offusqueront pas de ne pas avoir votre aide. Par contre, en cas de grosse journée particulièrement difficile ou si les équipes sont en sous-effectif, votre aide sera la bienvenue et fortement appréciée.

Ajoutez à tous ces conseils, notre article sur les 7 erreurs de l’assistant réalisateur à ne pas commettre, de la justesse, de la droiture et de l’écoute… Vous devriez être parés. Pour finir, n’oubliez pas un détail important : l’humour ! Les électriciens et les machinistes en sont friands. Le tout en étant vous-même évidement.

Bien entendu, tous ces conseils non-exhaustifs peuvent s’appliquer à l’ensemble des départements qui composent une équipe de tournage. En cas de grabuge, les voix qui ne se font pas entendre n’en pensent pas moins en général. Pensez à elles aussi. Votre attention et votre bienveillance seront vos atouts pour obtenir une bonne cohésion de l’équipe.

Pour aller plus loin, quelques liens :
Le Forum des électros
Les fiches métiers du CPNEF
Le Forum ARA pour vos questions et ajouts.

Crédits photos : Hells Angels / Monstres et compagnie (Disney / Pixar)

ARAssociés

ARAssociés

Assistants Réalisateurs Associés. Infos, décryptages, trucs et astuces. Partageons !

Vous aimerez aussi...

  • Renaud Garnier

    Merci à vous

  • MaYa Russe

    Bonjour. Concernant le point 7, j’ai pensé que c’est le chef machino qui met les horaires pour son équipe. Corrigez moi si j’ai tord. Merci

    • Le premier assistant détermine les convocations mais il soumet aux chefs de postes quand il y a des spécificités (grosse installation par exemple) car ce sont eux qui peuvent au mieux estimer le temps nécessaire.

  • Paul Sergent

    Bonjour à tous. Je plussoie fortement la transparence quant aux heures supplémentaires. Que ce soit en prepa ou sur le plateau quand l’heure tourne et que les choses ne semblent pas se profiler comme prévu.

    C’est assez rare mais il m’arrive de devoir passer derrière certains assistants auprès de l’équipe E&M pour les rassurer, voire les calmer car ils se sentaient carrément pris pour des buses.

    J’en profite pour préciser que les E&M sont plus syndiqués pour des raisons historiques.

    Ils sont dans une nomenclature à part des autres techniciens encore aujourd’hui dans la convention collective puisqu’ils sont classés comme « ouvriers » alors que les autres employés du plateau ont le statut de technicien.

    Cette nomenclature remonte aux origines de l’intermittence du spectacle qui a été créée à la suite des négociations menées par cette catégorie précise de travailleurs, soit en 1936! A l’époque, les projecteurs pesaient parfois des centaines de kilos, les caméras aussi, et les E&M étaient ceux chargés de trimballer ce matériel.

    La plupart étaient d’ailleurs souvent issus du monde ouvrier industriel, mais aussi cheminots, boulangers, dockers meme.

    En tant que directeur de production je trouve très important que cette tradition soit maintenue. Qu’il demeure un rapport de force sain entre ceux qui triment physiquement le plus et les producteurs et/ou réalisateurs.

    Et puisque c’est grâce à eux qu’on continue encore aujourd’hui à etre intermittents, on leur doit bien ça.

    • Merci Paul pour ton commentaire. Avec celui de Stéphane, vous contribuez directement à la direction participative de la communauté qu’ARA souhaite depuis le début. Et pour cela, merci !

  • Steph T

    Bravo pour ce billet qui s’applique aussi parfaitement à l’équipe caméra je trouve.
    Perso, à ajouter :
    – point 3 : aider à bouger le matos (après leur accord) quand il y a une grosse bascule d’axe (valable aussi avec équipe caméra).
    – point 5 : présence des chefs E&M quasi obligatoire à la mise en place du matin (rarement pour 1er assistant op).
    – point 9 : en fin de journée ou bascule de décor, ne pas partir du plateau les mains vides après avoir demander quoi emporter (valable aussi avec équipe caméra).

    • Merci pour tes commentaires très justes Stéphane ! :)

  • Quelques corrections orthographiques faites ce matin. Merci à celle qui se reconnaitra. :)